Odeurs,
florilège,
de A à Z. 



Nous définissons les odeurs par leurs sources odorantes, nous parlons par exemple « d’odeur de citron » en faisant référence au citron qui est un fruit. Contrairement à la couleur qui peut se détacher de sa source. Ainsi nous présentons des difficultés à décrire les sensations que nous éprouvons lors de l’expérience olfactive, bien souvent les mots nous échappent. Alors en partant du postulat que les odeurs n’ont pas de nom, et que nous avons du mal à nous en emparer en désignant les sensations olfactives par la parole : est-il possible de partager une perception olfactive ? Une éducation de notre langue autour de l’odorat est-elle envisageable ? Une odeur est-elle codable ?

Ces questionnements m’ont amené à repenser le vocabulaire olfactif sous forme d’un système graphique, afin d’améliorer notre compréhension et utilisation du lexique dédié aux odeurs. Pour cela il a fallu assigner un type de sensation à un type de forme, ainsi qu’à des couleurs. Ce système permet de créer un « visuel codé » en fonction de la description précise d’une odeur. Le résultat graphique peut donc être « lu » (analysé/décrypté).

Et pour compléter ce travail, j’ai convié Delphine de Swardt, une auteure et conteuse spécialisée en communication sur l’art et le langage olfactifs, à participer à l’élaboration d’un ouvrage éditorial me permettant de concrétiser ce travail en lui proposant une carte blanche pour un alphabet olfactif. Je lui ai demandé d’écrire une histoire ou une évocation pour chaque lettre de l’alphabet. Chaque récit est illustré, par sa mise en forme et par son image.

Pour créer les illustrations, j’ai ensuite attribué, avec l’aide d’un jeune parfumeur, Etienne Morlon, une matière première de parfumerie ou une source d’odeur naturelle correspondante, à chacun d’entre eux.

L’ensemble de ce travail est guidé par la quête de l’utilisation du mot juste et de l’image appropriée. Le but est d’inviter les curieux, néophytes et professionnels à prendre le temps de « lire » les odeurs, pour les découvrir sous un nouvel angle, se nourrir d’un vocabulaire adapté, l’ouvrage en mains. Alors il pourra servir à toute personne désireuse de développer sa sensibilité autour des odeurs.